Je suis débouté (ma demande de protection n’a pas été acceptée)

Lorsque vous êtes débouté, c’est-à-dire que votre demande d’asile a été rejetée, vous n’avez plus l’autorisation de rester sur le territoire français. Si vous choisissez de rester, vous serez donc en situation irrégulière.
La préfecture va vous envoyer une OQTF (une obligation de quitter le territoire français), qui vous annonce que vous devez sortir de France. Dans les chapitres ci-dessous, vous trouverez des informations concernant cette OQTF, mais aussi quelques points de repères, utiles si vous choisissez de rester ou de partir.

« Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) » : c’est une mesure d’éloignement de la personne déboutée (ou de toute personne sans papiers). S’il y a des raisons pertinentes de ne pas quitter la France, il est possible de faire un recours auprès du Tribunal administratif contre l’OQTF.

Deux types d’OQTF 

Si votre demande d’asile est rejetée définitivement (par l’OFPRA et la CNDA) le préfet peut refuser de renouveler votre attestation de demandeur d’asile (ADDA) et prendre la décision de vous demander de partir, en vous envoyant une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français).

OQTF-1 OQTF-4

• En général, l’OQTF que vous allez recevoir est une OQTF « avec délai de départ volontaire » : c’est-à-dire une OQTF qui vous laisse 30 jours pour quitter la France de votre initiative.
Pendant ce délai, si vous souhaitez en effet repartir, vous pouvez demander une « aide au retour volontaire » auprès de la délégation de l’OFII de votre lieu de résidence : c’est-à-dire une aide pour rentrer dans votre pays d’origine.
Si au contraire vous souhaitez contester cette OQTF, vous devez faire rapidement un recours (cf ci-dessous).

• Il peut arriver que l’on vous remette en main propre une OQTF « sans délai de départ volontaire », dans ce cas, si vous souhaitez faire un recours, il faudra agir très vite (cf ci-dessous).

 Quel est le délai de recours ?

Le délai pour faire un recours contre une OQTF est assez court, et il dépend du type d’ OQTF que vous avez.

• Pour une OQTF avec délai de départ volontaire, vous disposez d’un délai de 15 jours à compter de la notification de l’arrêté d’OQTF pour en demander l’annulation devant le tribunal administratif. 
Le délai commence à partir de la remise du courrier à l’intéressé ou du jour du retrait du courrier à la poste. Si le courrier n’est pas retiré dans le délai indiqué dans l’avis de passage (15 jours), le délai court à compter de la date de l’avis de passage.

• Dans le cas exceptionnel où l’OQTF est sans délai de départ, le délai pour le recours est de 48 H à compter de la notification (délai d’heure à heure c’est-à-dire non prolongeable, même s’il expire un samedi, un dimanche ou un jour férié).

Vous pouvez faire un recours contre toutes ou une partie des mesures liées à l’OQTF (mesures écrites dans l’OQTF). 

L’aide d’un avocat ou d’une association

L’assistance d’un avocat pour vous aider à faire un recours contre l’OQTF n’est pas obligatoire. L’assistance d’un avocat spécialisé  ou d’une association est toutefois vivement conseillée compte tenu des conséquences graves d’une OQTF pour vous.

Il est possible de bénéficier de l’assistance d’un avocat, soit via le dispositif d’aide juridictionnelle, soit via la désignation d’un avocat de permanence.

Pour vous aider dans les démarches de recours contre l’OQTF, vous pouvez solliciter l’aide d’associations spécialisées, comme La Cimade.

Si votre demande d’asile a été rejetée, mais que vous souhaitez rester en France vous pouvez :

• Essayer de demander le réexamen de votre demande. Les conditions qui permettent de faire une demande de réexamen sont précises. Rendez-vous à la section « Je demande le réexamen » de notre site pour les connaître, et assurez-vous d’avoir les éléments nécessaires avant de vous engager dans cette procédure.

• Essayer de regarder les possibilités qui existent de demander un titre de séjour (travail, santé, famille…), et si vous en remplissez les conditions.Vous pouvez contacter les associations qui sont spécialisées dans les questions de régularisation des étrangers.

Si votre demande d’asile est rejetée et si vous souhaitez retourner au pays, vous pouvez bénéficier de l’aide au retour, assurée par l’OFII pour faciliter les départs de France des ressortissants étrangers en situation irrégulière qui souhaitent rentrer dans leur pays.

Les aides prises en charge par l’OFII comprennent :

• Une aide administrative et matérielle à la préparation du voyage vers le pays de retour, prévoyant l’organisation matérielle du départ volontaire de la personne et de sa famille à savoir :
— la réservation des billets d’avion ;
— l’aide à l’obtention des documents de voyage ;
— le trajet du lieu de séjour en France jusqu’à  l’aéroport de départ en France ;
— un accueil et une assistance, lors des formalités de départ à l’aéroport.

• Une prise en charge des frais de transport depuis le lieu de départ en France jusqu’à l’arrivée dans le pays de retour, incluant le transport des bagages dans des limites fixées selon les pays de retour. 

• Une aide financière dont le montant est versée  en une seule fois, au moment du départ. L’attribution de cette aide tient compte de la situation administrative de la personne et de son pays de retour.

3 thoughts on “Je suis débouté (ma demande de protection n’a pas été acceptée)


  1. Pingback: pasaport çýkarma

Comments are closed.